Défis des ouvrières agricoles face à la pandémie: histoire d’une ouvrière chef de famille, par Sanae Ziani

Parlez-nous de vous ?

Je m’appelle Naïma, j’ai 42 ans, originaire de la ville de Khénifra, je ne suis jamais allée à l’école. Je suis divorcée, mère de deux filles, Sarah 24 ans qui a quitté l’école en première année à l’âge de 13 ans. Elle s’est mariée à l’âge de 18 ans et a divorcé après 6 ans, elle a une fille d’un an. Ma deuxième fille Amina, âgée de 18 ans, a abandonné l’école l’année dernière lors de sa 4ème année de collège.

J’ai quitté mon village il y a 25 ans pour venir à la commune rurale de Bouderbala et travailler dans l’agriculture. J’ai été mariée à l’âge de 15 ans et j’ai divorcé juste deux ans après. A ce moment-là j’avais une petite fille de 6 mois. Ma famille n’a pas accepté mon divorce, car c’est honteux « Aiib » selon nos traditions qu’une fille soit divorcée et retourne chez sa famille après le mariage. Ils m’ont forcé à choisir entre retourner chez mon mari ou quitter le domicile familial et chercher une autre vie ailleurs. Pourtant ma famille savait que mon mari avait beaucoup abusé de moi. Il n’était pas responsable. Il était accro aux jeux d’argent «mbli belqmar», et vendait tout ce que nous possédions (meubles vêtements..). Après plusieurs jours de réflexion, je me suis résolue à aller chercher un travail et de laisser ma fille chez mes parents.

N’ayant aucune instruction, ni diplôme ni autre expérience professionnelle que celle acquise dans les travaux agricoles, j’ai décidé alors de quitter mon village pour me rendre à la région d’El Hajeb qui offre des opportunités de travail de ce genre.

C’est à Boudrbala que je me suis installée à proximité des zones où on cultive beaucoup d’oignon et d’autres cultures. Je rendais visite à ma fille et ma famille de temps en temps.

Après 5 ans de célibat, j’ai rencontré un homme de 25 ans qui m’a demandé en mariage en présence de ma famille. Mais, trois ans après nos fiançailles, il m’a quitté le jour où je suis tombée enceinte de lui et a refusé de reconnaître notre fille. C’était une grande déception pour moi car je lui faisais totalement confiance au point de le laisser se servir de tout l’argent que j’ai épargné ces dernières années.

Aujourd’hui, je me méfie de tous les hommes. Les mauvaises expériences que j’ai vécues m’ont rendue plus forte et capable de faire beaucoup de choses sans la présence d’un homme dans ma vie.

J’ai essuyé mes larmes et j’ai recommencé ma vie de nouveau. Je travaillais sans arrêt pour élever mes filles et aider mes parents, actuellement plus âgés et abandonnés. En fait, tous mes frères et sœurs ont bâti leurs foyers et aucun d’eux ne se soucie de nos parents. C’est pourquoi j’ai décidé de les prendre en charge et de partager avec eux tout ce que je possède jusqu’au dernier jour de ma vie.

Avez-vous travaillé en cette période de confinement ?

En réalité, habituellement pendant cette période de l’année, on a du mal à décrocher un emploi dans les exploitations agricoles contrairement à d’autres saisons. On est alors obligé de travailler juste avec les petits agriculteurs qui n’offrent qu’une rémunération dérisoire allant de 50dh à 60dh par jour. Ce n’est pas comme le fait de travailler avec les acheteurs d’oignon qui viennent de Casablanca. Avec ces gens, la rémunération est plus élevée ; elle varie entre 100dh à 150dh par jour.

La pandémie a aggravé encore plus la situation. J’ai travaillé juste pendant les cinq premiers jours, même si nous avions eu très peur de cette maladie. Nous n’avions pas le choix, nous sommes obligés de travailler. Pendant cette période, nous n’avons jamais reçu d’aide, même pas un panier de provisions de qui que ce soit (idkhl aalina lkofa ).

Les conditions de travail ne sont pas sécurisées, les ouvrières et les ouvriers ne respectent pas les consignes de lutte contre la pandémie. On se contente de porter les voiles pour masquer nos visages en négligeant le respect des conditions d’hygiène et de la distanciation sociale. Parmi les exploitants agricoles, certains respectent les normes mais la majorité ne les respecte pas. Le transport est toujours surchargé et on travaille en groupe à proximité les uns des autres sans se soucier de la distanciation physique.

Après ces cinq premiers jours, les conditions dans le Mouquaf (1) sont devenues plus rigides, à cause des protocoles exigés par la pandémie et qui devraient être pris en compte et appliqués. Les autorités locales nous obligent à quitter le Mouquaf, et parfois par la force, à cause de certaines personnes qui ne respectent pas la distanciation demandée. Les femmes se réunissent comme chaque jour en groupes de 8 ou 10 personnes sans distance sociale.

J’ai essayé pas mal de fois de décrocher un travail. Chaque jour, je me lève très tôt pour rejoindre le Mouquaf vers 4h du matin, mais je n’arrive plus à trouver de boulot. Quand je vois les agents du Makhzen (2) avec des bâtons à la main, qui hurlent avec violence parfois, j’abandonne le Mouquaf de peur d’être agressée, oui, j’ai peur d’eux et je ne supporte pas cette situation, je reviens vraiment déçue au foyer.

J’ai tout fait pour pouvoir travailler. J’ai acheté tout ce qu’il faut pour me protéger de cette maladie : les produits sanitaires, le masque, l’alcool (le gel hydroalcoolique). Je respecte la distance sociale et je ne serre la main ni embrasse personne, même si cela m’a causé des malentendus avec des amies du Mouquaf et mes voisins, qui ont cru que j’ai changé de caractère et que je suis devenue arrogante «mtkbra ». Je leur ai expliqué que c’est juste parce que le coronavirus est une maladie contagieuse (tataadi, tatnqual man lwahad lakhar) et dangereuse (khatira ou kataqutal) et que je dois faire attention pour ne pas infecter les gens et notamment mes proches ; car je pourrais en être infectée moi aussi. Même si je suis analphabète, je suis tout à fait consciente et je regarde chaque jour la télévision pour suivre l’évolution de la pandémie et les conseils de protection ainsi que les protocoles à respecter. Parce qu’à la TV on nous explique avec notre langage et des gestes simples comment ce virus se propage et comment essayer de l’éviter et de protéger aussi nos proches, les personnes âgées et les malades. Mais je vois que la majorité de gens considère cette maladie comme une blague.

Le travail du Mouquaf n’est pas accessible à tout le monde. Si tu ne connais pas quelqu’un, tu ne peux pas être embauché. Les femmes et les filles qui décrochent un travail rapidement sont celles qui connaissent quelqu’un qui a du pouvoir dans le Mouquaf, un Caporal (3) ou un Habache (4). Ainsi que celles qui ont des aventures «amoureuses» avec eux. Ces femmes ont le pouvoir de recommander d’autres ouvrières qui peuvent travailler le jour. Les femmes qui acceptent tout genre de travail avec n’importe quelle rémunération, ont aussi plus de chance de travailler. Mais les femmes comme moi qui essaient de négocier la rémunération et les conditions du travail au début, sont toujours écartées et se trouvent « en dehors du circuit ». On ne travaille pas tous les jours, et on ne travaille qu’avec des personnes de bien (ljwad) qui respectent les gens. On peut même travailler des heures supplémentaires sans rémunération, ce n’est pas grave. Ce qui compte pour nous c’est le respect et la dignité.

Comment avez-vous vécu cette période de confinement ?

Dans cette période de confinement j’ai vécu la vraie misère avec mes filles. Quand je reviens à la maison sans travail je pleure parce que je n’ai pas d’argent et je n’ai rien épargné. Je ne peux pas demander de l’aide aux gens, j’ai ma fierté ! « aandi nfss ».

Dans mon quartier plusieurs aides sont distribuées et beaucoup de gens en ont bénéficié. Mais moi j’ai été exclue, même si je suis dans le grand besoin.

Je me souviens qu’un jour pendant le confinement, je n’avais même pas trouvé de farine pour faire du pain à mes filles. Tous les produits de premières nécessités étaient épuisés et je n’avais plus de réserves. J’ai décidé alors d’aller voir le Mouqadem (5) pour lui demander de m’inscrire pour bénéficier d’un panier d’aide. Il était le responsable de la distribution. Mais je n’en ai pas pu bénéficier car selon les dires de ce Mouqadem cette aide était réservée exclusivement aux gens qui sont déjà inscrits depuis l’année dernière.

J’ai crié de toutes mes forces en lui expliquant que ce n’était pas de mon habitude de lui demander quelque chose, et que ce ne sont que des circonstances exceptionnelles qui m’ont poussée à solliciter cette aide. Je lui ai dit qu’il y a des gens qui ne sont même pas dans le besoin et ils ont bénéficié de l’aide et que j’étais prête à les désigner s’il le souhaitait…je l’ai prié de me donner la raison de cette discrimination surtout qu’il existe des gens qui ont bénéficié trois ou même quatre fois de cette aide. Il m’a dit « Je ne peux rien faire pour toi, ce sont les donateurs qui décident à qui on distribue ces aides ». Je me suis beaucoup énervée à cause de hogra (6). J’ai décidé d’aller voir le caïd (7) pour lui raconter mon histoire.

Quand je suis arrivée à la caïda (8), j’ai trouvé le Khalifa (9) qui m’a bien accueillie. Je lui ai raconté en pleurant tout ce qui m’était arrivée. Il m’a dit « Si tu as la carte d’identité nationale, je vais t’inscrire ». Malheureusement, je l’avais oubliée à la maison. Je suis retournée chez moi, et je n’ai pas pu revenir à la Caïda , j’ai ma fierté et ma dignité « aandi nfssi o karamti», je voulais trouver une solution toute seule. Ce qui comptait le plus pour moi c’était de communiquer mon message et d’expliquer à travers ma situation celles de plusieurs personnes exclues comme moi.

J’ai continué à chercher du travail au Mouquaf mais sans résultat. Mes filles veulent également se rendre dans le Mouquaf avec moi dans le but de chercher du travail, mais je ne peux pas les laisser faire cela. C’est un espace pollué et non respectueux pour les femmes, je ne peux pas supporter que quelqu’un harcèle mes filles, et je n’accepte pas que mes filles me voient harcelée par quelqu’un. Je ne voulais pas que mes filles souffrent comme j’ai souffert moi-même. Je préfère un travail stable avec 30dh par jour plutôt que d’être dépendante du travail du Mouqaf.

Avez-vous envisagé une autre alternative ?

Avec ces conditions difficiles j’ai commencé à réfléchir avec mes filles à comment on peut avoir de l’argent pour vivre sans attendre la charité de quelqu’un.

Par hasard, un boulanger du quartier m’a proposé de faire du pain au moyen de 50 centimes par unité vendue. J’ai dit à mes filles « Voilà, c’est une bonne affaire pour gagner l’argent, qu’est-ce que vous en pensez ? ». Elles m’ont encouragée et nous avons commencé le travail le même jour.

L’épicier n’a pas refusé ma demande d’avoir tout ce qu’il faut pour la préparation du pain à condition que je le paye à la fin de chaque journée. En vérité, je suis très connue dans mon quartier pour ma franchise et mon sérieux lmaakoul.

Nous étions très motivées. Nous déposions le pain chaque matin chez la boulangère, et le soir je passe prendre ma part d’argent. On recevait chaque jour de 50dh à 70dh, après avoir payé l’épicier. C’est déjà beaucoup mieux par rapport à notre situation d’avant, mais cela n’a pas duré longtemps. Le quatrième jour le vendeur de mon pain a refusé de recevoir le panier. Il dit qu’il n’a plus besoin de notre service, et que sa mère lui prépare une quantité du pain dont il a besoin. Je n’ai pas trouvé les mots pour lui expliquer que son comportement est irrespectueux. S’il m’avait informé à l’avance, je n’aurai pas préparé ce pain. J’ai pris mon panier, et j’ai distribué le pain aux gens qui sont dans le besoin tout en gardant une partie pour notre propre consommation.

Heureusement, le lendemain j’ai trouvé une place libre dans le marché central pour les vendeurs ambulants que j’ai loué à 200dh par mois. Après, j’ai relancé mon activité de nouveau. Je prépare le pain et ma fille aînée se charge de la vente au marché. On a diversifié nos produits du pain, du maloui, du gâteau …etc. Ce qui a très bien marché, et surtout pendant le Ramadan. Même si on ne produit pas beaucoup parce qu’on n’a pas assez de capital à investir, on est bien parti pour un début. On gagne entre 60dh et 80dh net. Au moins maintenant nous gagnons assez pour acheter les choses de premières nécessités (huile, sucre, farine…) sans dépendre de l’aide de quelqu’un.

Ce travail est très dur, on ne dort pas très bien, on travaille de 23h à 4h du matin, et on finit le reste à 7h du matin puis après à 11h ma fille se rend au marché pour la vente jusqu’à 16h, et moi je m’occupe du ménage de la maison et la préparation du Lftour.

Mais je dois dire franchement que la situation est encore un peu compliquée : Je n’ai pas pu payer le loyer de ma maison et le propriétaire exigeait son argent. C’est vrai que c’est son droit, mais dans de telles situations, je ne peux rien faire. Actuellement, j’ai payé une partie du loyer grâce à l’aide de solidarité RAMED (10) (800 dh). Mais j’ai encore deux mois de loyer à payer, environ 1700 dh au total.

Qu’est-ce que vous avez appris de cette crise et qu’est-ce que vous suggérez pour l’amélioration de la situation des ouvrières agricoles?

Ce que j’ai bien appris à l’occasion de cette crise, c’est qu’un grand nombre de personnes sont égoïstes. Chacun doit faire face à la situation et aux dangers qui peuvent lui arriver sans se soucier de la situation des autres, pas de solidarité entre les personnes « makayn ghir rassi arrasi ».

La vie est très dure, mon avenir avec mes filles est incertain. Je ne peux pas continuer à travailler dans l’agriculture et surtout dans des travaux forcés comme la culture de pommes de terre. Ma santé se dégrade, je sens toujours des douleurs dorsales et au niveau des jambes à cause de ce travail. C’est tout ce que j’ai gagné en 25 ans d’activité dans ce domaine. Je n’ai même pas réussi à construire une maison pour mes filles. Je ne peux rien épargner de ce travail pour faire face aux crises de la vie. La moitié de ma rémunération est dédiée aux médicaments et le reste ne suffit pas à accomplir nos besoins.

Les responsables doivent connaître les conditions dans le Mouquaf ainsi que les formes de violence et de discrimination que subissent les femmes dans le monde du travail agricole. J’espère que l’État construira des usines pour que les jeunes filles puissent y travailler avec la dignité, avec contrat et une sécurité sociale.

Notes

  1. Un espace où les ouvrières et les ouvriers se regroupent pour trouver un travail
  2. Les agents d’autorité locale.
  3. Le chef d’ouvriers qui vient les chercher au Mouquaf chaque matin.
  4. Des ouvriers qui se chargent de creuser la terre. Dans la majorité des cas, ils ont le droit de choisir les ouvrières qui constituent leur groupe de travail.
  5. Un agent d’autorités locales, représentant du pouvoir à l’échelon d’un quartier ou d’un douar, chargé de l’exécution des ordres du makhzen.
  6. Sentiment d’injustice, et de mépris social.
  7. Chef d’agents d’autorités locales, représentant du ministère de l’intérieur.
  8. L’office des autorités locales.
  9. Vice du chef d’autorités locales.
  10. Régime d’Assistance Médicale au profit des démunis.

 

Entretien téléphonique en Darija recueilli, transcrit et traduit par Sanae Ziani
Doctorante en Sociologie
École doctorale : Société, Territoires, Espaces, et Pratiques
Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search