Sanaa Amajoud حياتي بين البارح و اليوم

Ce soir, Sanaa Amajoud partage avec nous son expérience du confinement qu’elle relate dans un va-et-vient entre passé et présent, entre échanges et interactions à l’aune du confinement et échanges et interactions féminines des générations précédentes.

Avant de vous livrer son témoignage audio en darija, voici l’introduction écrite de l’autrice :

« C’est un témoignage subjectif que je m’apprête à partager. Il reflète des épisodes du réel d’une personne en confinement et qui est, à mon sens, représentatif d’une partie des femmes marocaines. Dans les médias, on parle du ‘“confinement”’, tandis qu’il faut parler  »des confinements ». C’est une expérience qui n’est pas vécue par tous de la même manière. Chacun appréhende le confinement à sa façon : les uns prônent l’éloignement social, et chacun le mesure à sa façon, les autres prônent les gestes barrières (bavettes, gants, solution hydroalcolique…) tout en se permettant des sorties sans motif valable, juste pour voir ce qui se passe à l’extérieur du chez-soi. Une sorte de pulsion de curiosité ; « Lfdoul » de vérifier par soi-même si les autres respectent l’éloignement social. D’autres encore ont fait le choix de ne rien faire, de ne rien mettre pour ainsi confier leur sort à Dieu « Nbkaw fid llah, mout wahda lli kayna » (restons entre les mains de Dieu, quand l’heure de la mort viendra nul ne peut la repousser).

Dans ce témoignage, je m’exprime en arabe marocain (Darija). Les circonstances actuelles et le désir que j’ai de toucher en priorité ceux avec qui je partage le plus d’éléments identitaires sont à l’origine de mon choix. Le local est revenu en force avec le COVID-19. À mon tour, je profite de ce créneau investi par les journalistes, les politiciens et même les médecins pour des raisons d’accessibilité. Personnellement, quand je vois des personnes que j’ai longtemps entendu s’exprimer en arabe standard ou en français parler en Darija, j’ai l’impression que je fais avec eux partie du même foyer. C’est l’impression que j’aimerais produire sur mes auditeurs.

Dans les coulisses de Erving Goffman, tout le monde laisse tomber son masque pour rafraîchir des points de convergences ; disons-le, une identité partagée. Une sorte de solidarité réfléchie a émergé. Des slogans comme « khalik fdark » (reste chez toi) ou « Ghantlakaw » (on se retrouvera) sonnent sûrement le  »communicationnellement fabriqué », mais évoque ce qu’il y a de plus humain : la bienveillance que nous devons avoir les uns envers les autres. J’ai essayé tant bien que mal de répondre favorablement à ces appels comme, j’aime le croire, la plupart de mes concitoyens parce que « maykhroj mn jma3a ghir chitan » (n’est dissident de la collectivité que le diable). »

 

J’ai quatre enfants et le cinquième c’est mon mari

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search