Soutenance de thèse de Lisa Bossenbroek

unknownChères lectrices et chers lecteur,

Nous sommes très heureux de vous annoncer que Lisa Bossenbroek a soutenu sa thèse de doctorat le 20 septembre dernier à l’université de Wageningen. Sa thèse portant sur le monde agricole au Maroc s’intitule : « Behind the Veil of Agricultural Modernization: Gendered Dynamics of Rural Change in the Saïss, Morocco ».

Vous trouverez ci-dessous un résumé. Encore bravo à Lisa !

La plaine du Saïss au Maroc est caractérisée par des réalités rurales en mutations rapides. L’État Marocain encadre et promeut les changements actuels selon un développement linéaire qui mènent le pays vers la modernité et assurent un progrès pour tous. Les protagonistes les plus visibles et importants de ces changements, du moins du point de vue des promoteurs, font partie de catégories d’hommes entrepreneurs; « des investisseurs » et « des agriculteurs qui se modernisent ». Réserver trop d’importance à ces deux acteurs dans les dynamiques agraires actuelles est trompeur ; cela occulte les expériences des jeunes ruraux, des ouvriers et ouvrières, des femmes rurales, ou encore des familles qui sont forcées de vendre leur terre. Cela peut donner à penser que leurs expériences sont marginales et peu importantes.

Mon travail a pour objectif de dévoiler le plan de modernisation agricole au Maroc en illustrant comment le processus des changements agraires n’est pas une évolution logique, ni un fait évident, ni même une transition fluide vers un stade supérieur de développement ou de modernité. Au contraire, ces changements sont une forme spécifique de développement capitaliste qui est désordonnée et contradictoire, reproduisant des relations de genre et des hiérarchies sociales existantes. Dans cette thèse, j’examine comment les relations de genre et les différences sociales jouent un rôle dans le processus de changement agraire et vice-versa. Pour ce faire, je m’appuie sur des expériences qui n’apparaissent pas souvent dans les analyses agraires traditionnelles : les voix et les histoires qui figurent rarement dans les analyses formelles portant sur les changements agraires. Ainsi j’examine comment les changements agraires réorganisent et (re-)configurent les relations socio-matérielles et offrent ou imposent de nouvelles possibilités d’être et de devenir et de nouveaux rapports sociaux. L’objectif est d’analyser attentivement l’émergence de nouveaux désirs et aspirations et de mettre en lumière comment les acteurs sociaux négocient habilement et naviguent à travers les différents rapports de force et de pouvoir afin de réaliser leur nouveau devenir identitaire. Cette thèse est structurée en sept chapitres.

Le Chapitre 1 commence par présenter les différentes rencontres et expériences désordonnées et contradictoires des acteurs sociaux qui vivent et font partie des changements agraires. Il présente les différents courants théoriques qui m’ont inspirée pour analyser et comprendre comment ces processus de changements sont marqués par des différences sociales et par le genre. Je retrace les anciens et nouveaux débats théoriques qui portent sur l’économie politique et la question agraire et j’illustre leur pertinence pour comprendre comment les changements agraires actuels re-configurent les rapports sociaux en ce qui concerne l’accès, l’utilisation et le contrôle des facteurs de production. Je poursuis en m’appuyant sur la littérature féministe qui m’a permis de mieux comprendre et analyser comment les changements agraires sont en même temps marqués, et constitués par le genre et les différences sociales. Mon appréhension du genre a influencé d’une manière importante les différentes pistes que j’ai explorées pour comprendre la relation entre genre et changements agraires. Dans cette thèse le genre est perçu comme n’étant pas fixe, jamais définitif et comme une performance sociale.

Le Chapitre 2, est une présentation de ma méthodologie dans laquelle je donne un aperçu de la plaine du Saïss et présente le cas d’étude d’une coopérative de la réforme agraire sur lequel porte une grande partie de mon travail. Le travail de terrain a été mené sur une période de 12 mois entre 2011 et 2013, suivie de plusieurs visites de quelques semaines tout au long de 2014 et 2015. Je décris les différentes manifestations des changements agraires qui concernent les changements dans les rapports fonciers, l’accès et le contrôle de l’eau souterraine, l’organisation du travail agricole, et la présence active d’ouvrières agricoles et de jeunes ruraux. Ces thèmes sont devenus les piliers de mon travail. Je conclus le chapitre en présentant mes choix méthodologiques et le déroulement du travail de terrain. L’analyse empirique et les résultats sont présentés dans les chapitres suivants (3 à 6).

Dans le Chapitre 3, j’analyse comment la privatisation des terres de la réforme agraire lancé par l’Etat Marocain depuis 2006 est accompagnée par une renégociation des relations et des identités de genre. Cela illustre comment la terre, l’exploitation et la famille étaient intiment liées et comment à travers le processus de privatisation ces liens s’érodent graduellement ce qui affecte la valeur et la signification de la terre. Aujourd’hui, la terre est considérée de plus en plus comme une « marchandise » dont l’usage est progressivement réservé au domaine professionnel et masculin. Cela conduit à une séparation croissante entre le domaine privé associé à la femme et le domaine public et professionnel associé à l’homme. Cela offre de nouvelles possibilités à certains jeunes hommes ruraux de devenir des agriculteurs modernes. Au contraire pour beaucoup de femmes paysannes il devient plus difficile de justifier leurs activités agricoles ce qui les pousse à redéfinir leur identité de femmes paysannes.

Dans le Chapitre 4, nous verrons comment les changements agraires sont liés à l’appropriation des eaux souterraines. Ce processus se concrétise de trois différentes manières : 1) par les dynamiques foncières; 2) par l’utilisation de nouvelles technologies, et 3) par un discours de modernisation qui émerge autour des politiques publiques agraires au Maroc. Je poursuis en montrant comment l’accès à l’eau induit une séparation entre l’eau et son contexte socio-culturel et territorial ; engendrant des inégalités croissantes par rapport à l’accès à l’eau souterraine; et des expropriations violentes excluant l’accès à l’eau. Alors que des familles paysannes sont de plus en plus confrontés à des contraintes pour accéder aux eaux souterraines, l’eau est accaparée par de nouveaux « entrepreneurs » qui produisent des « raisins amers ». À travers cette analyse, j’illustre comment au cœur du processus d’appropriation de l’eau souterraine un paradoxe étrange voit le jour : alors que l’État Marocain a l’ambition de créer cette catégorie de nouveaux entrepreneurs, l’eau est détournée des familles paysannes au profit d’ « investisseurs » n’habitants pas sur place, qui produisent les mêmes produits et font face par conséquent à des difficultés de commercialisation.

Le Chapitre 5 explique comment le boom agricole dans le Saïss est fondé sur un processus d’hiérarchisation du travail agricole. Ce processus est mis en place par l’interaction entre le genre et les différences liées à la technicité des tâches, le savoir-faire, et la recompense financière. Tandis que les ouvriers agricoles décrochent souvent les « meilleurs » boulots, ce qui contribue positivement à leur identité personnelle ainsi que professionnelle, les ouvrières se retrouvent dans la strate la plus base de la hiérarchie du travail agricole et montrent peu de fierté dans leur travail. D’autant plus que les valeurs socio-culturelles de genre rendent le travail agricole difficilement conciliable avec les notions de féminité rurale. La moindre maladresse suscite des commérages de voisins et de la communauté et un jugement dur et normatif s’en suit. Dans ce contexte j’illustre comment les femmes développent différentes stratégies pour réconcilier des idéaux de féminité rurale avec les contraintes quotidiennes du travail agricole. Ainsi, j’analyse comment les femmes recréent de nouveaux répertoires socio-culturels et repoussent des frontières dans un effort subtile pour étendre leurs marges de manœuvre tout en re-imaginant ce qu’est être une femme dans le rural.

Enfin dans le Chapitre 6, je montre que les jeunes ruraux sont des acteurs primordiaux dans les transformations agraires que connaît la plaine du Saïss. Au cours de ce chapitre, nous constatons comment les jeunes sont attirés par les transformations qu’ils observant autour d’eux ; ils nourrissent leurs aspirations et alimentent leurs rêves par de nouvelles possibilités d’être et de devenir. J’illustre comment les jeunes négocient habilement et prudemment des marges de manœuvres pour réaliser ces rêves. Grâce à quoi, ils se forgent progressivement de nouvelles identités plus modernes et sont capables de conjuguer ruralité et modernité. Cependant, les jeunes sont aussi confrontés à un environnement socio-culturel dans lequel les rapports de force restreignent la realisation de leurs aspirations, ce qui oblige certains à explorer d’autres futurs; en retour, cela influencera le devenir des zones rurales.

Le dernier chapitre, Chapitre 7, récapitule et utilise les résultats de cette thèse tout en s’appuyant sur la relation intime entre le genre et les changements agraires et présente des réponses possibles à la question centrale de cette thèse. Je conclus en affirmant que pour comprendre et apprécier le rôle du genre dans les processus de changements agraires celui-ci dépend de la définition donnée au genre comme axe central d’organisation de la société. En partant de l’idée que le genre n’est pas fixe et peut être continuellement remis en cause, redéfini et réinterprété, cette lecture m’a permis d’établir et d’explorer comment les identités et relations de genre ne précèdent pas les changements ruraux, mais au contraire sont mêlées à ceux-ci. Les dynamiques agraires et le genre sont alors régénérés par la renégociation et contestation constante des identités et relations de genre. En plaçant au cœur de mon travail les expériences, les rêves, et les aspirations occultes des jeunes ruraux, des femmes rurales, des ouvriers et ouvrières et les différentes familles paysannes j’illustre comment ceux-ci sont différenciés par le genre et forment des trajectoires de développement hétérogènes et multiples. Je termine en suggérant que les paradoxes et contradictions qui marquent ces différentes trajectoires portent des graines de changements qui permettent d’envisager de futures alternatives rurales qui seront à priori plus durables et plus équitables en terme de genre.

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. très intéressant travail! Bravo pour la jeune PHD. Je vaudrais savoir les références exactes de la thèse et comment l’acquérir?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *