Synthèse d’étude: Mobilités féminines autonomes

Dans la lignée de l’article paru récemment dans la Vie Eco sur la migration des femmes de la ville à la campagne, voici une courte synthèse de l’étude sur laquelle porte cet article et qui est intitulée « Mobilités féminines autonomes nationales et transnationales: de la métropole casablancaise aux villes-mondes« . Nous rappelons que cette étude a été réalisée par Leila Bouasria (coordinatrice de projet), Fadma Ait Mous, Amal Bousbâa, Mériam Cheikh, Jamal Khalil, Touria Houssam, Hassan Rachik et Abdallah Zouhairi.

Résumé de la synthèse:

Le but de cette étude est d’analyser les mobilités féminines autonomes à destination de la ville de Casablanca, d’en décrire les processus, les motivations et les différentes stratégies et ressources mobilisées par les migrantes durant aussi bien leurs itinéraires migratoires, tout au long de leur insertion une fois installées dans la ville qu’en termes des aspirations qui restent suspendues en attendant de rejoindre d’autres rives.

Nous pouvons, dans le cadre de ce projet, distinguer au moins deux types extrêmes : un itinéraire simple où la migrante quitte son lieu d’origine et s’installe directement à Casa et un autre complexe qui comprend plusieurs étapes migratoires qui peuvent aller jusqu’à intégrer une aspiration à une migration au-delà des frontières Marocaines. Est-ce que Casablanca demeure une étape de transit ou une phase transitoire en attendant d’accumuler un capital à même de permettre aux migrantes de quitter le pays à la quête d’un avenir meilleur ou bien elle aurait la faculté à créer du destin sur place et à mettre un terme à des carrières migratoires jalonnées d’étapes.

Malgré la prépondérance de la dimension économique en tant que motivation de départ, certaines migrantes cherchent l’autonomie et l’émancipation individuelle. Il apparaît, à cet égard, important de prendre en considération les multiples dimensions liées à la migration féminine autonome et qui vont au-delà de l’aspect économique.  L’autonomie, telle qu’elle est décrite dans ce travail, renvoie à ‘l’autonomisation’ des départs qui est de moins en moins soumis à un collectif. Elle renvoie également à la construction du monde urbain à travers le travail et le logement ainsi que la constitution des réseaux sociaux extra-familiaux. Y’a t-il autonomie, affranchissement et donc émancipation par la migration interne sachant que nous avons affaire à des populations féminines fortement précarisées et parfois en risque de rupture et de désaffiliation sociale ?

Les résultats de cette étude sont basés sur 90 entretiens approfondis menées dans différents de quartiers de Casablanca auprès de migrantes venant de différents endroits.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *